ARCHITECTOGRAPHES

A.R.T.S Lille-Lomme
Année scolaire 2017-2018
15 semaines, 521 élèves, 18 établissements scolaires

Projet de résidence

Enregistrer l’histoire et l’évolution du paysage bâti en créant des outils nommés «architectographes»

Le projet A.R.T.S (Artiste rencontre territoire scolaire) développé à Lille et Lomme, s’est construit à partir de la volonté d’utiliser le dispositif de résidence-mission et ses différents paramètres, pour réunir au sein d’un même projet, un territoire spécifique et un geste collectif. Enregistrer l’histoire et l’évolution du paysage bâti actuel à travers la création d’outils mis à disposition des écoles, appelés «architectographes», et créer une œuvre murale collective.

Après avoir rencontré l’artiste autour de son travail présenté au sein d’expositions, les établissements scolaires concernés par le projet (18 au total dans 11 quartiers de Lille et de Lomme, 35 classes, 521 enfants) ont dressé selon le point de vue des élèves, un inventaire de formes architecturées caractéristiques de leur quartier. L’inventaire, à la fois photographique, matériel et iconographique mêle différents points de vues spatio-temporels et sensoriels portés sur le paysage.
Les inventaires dressés ont permis d’effectuer avec l’artiste, un relevé général du territoire urbain, de formes à la fois architecturées et végétales sélectionnées par les élèves qui ont servi à la création d’outils à mémoire de formes appelés «architectographes».

Un architectographe est la rencontre entre l’outil emblématique de l’école «la règle» et l’outil de l’architecte «le normographe», c’est aussi un objet faisant le lien entre le monde scolaire et celui de l’architecture.
Chaque «architectographe» a été fabriqué au Techshop de Lille avec une découpe laser. La récolte de formes architecturées des enfants a été convertie en tracés numériques qui ont été découpés au laser dans du polypropylène (plastique) et du contreplaqué (bois). Le format de chaque architectographe s’inspire de l’histoire de la construction du nord et son matériau emblématique, la brique (10,5x22 cm). Des briques à mémoire de formes, découpées au laser. La fabrication mêle ainsi histoire et modernité des savoir-faires.

Ce projet a permis de rendre acteurs les écoles et leurs usagers, dans la constitution de la mémoire collective de leur ville tout en soulignant la vie perpétuelle des constructions. Il souligne la diversité des quartiers, par la création d’outils protéiformes, comme une mosaïque collective dressée à l’échelle du territoire par le biais d’observations portées sur le paysage quotidien.

Cette œuvre collective a été découpée à 3 exemplaires. Le premier exemplaire a été redistribué à tous les créateurs et créatrices dans les établissements scolaires. Les élèves se ré-approprient en ce moment même leurs outils de manière pérenne, re-dessiner, re-bâtir la ville de l’avenir pour sublimer les formes du passé, tout l’enjeu de la reconversion. Un deuxième exemplaire forme une œuvre murale conservée par l’artiste. Enfin, le dernier exemplaire en contreplaqué a été installé et présenté lors des journées du patrimoine, à la Maison de l’architecture de Lille, espace Waao. Les visiteurs ont activé l’œuvre en reconstruisant la ville à partir des chutes en contreplaqués engendrées par la découpe laser qui étaient alors placées au pied du mur de l’installation.